Archive pour août 2007

Happy blog day to you

Vendredi 31 août 2007

Aujourd’hui, c’est la fête.

L’idée, c’est de présenter cinq blogs qui nous sont chers pour les faire connaître à nos lecteurs. Dans la mesure où ces derniers viennent souvent me rendre visite parce que je suis assidue de leur blog, je crains que mes posts ne tournent un peu en rond, mais la forme circulaire me sied, je la trouve confortable.

Je vais donc indiquer ci-après les adresses de ceux que je vais lire dès que je peux me connecter,

  • ceux qui me font rire,
  • ceux qui m’impressionnent à différents titres (style, allant, idées, créativité, humour…),
  • ceux avec qui je me sens une communauté d’esprit, de coeur ou de tout à la fois,
  • ceux qui sont trop beaux peints par Mucha ou Modigliani,
  • ceux qui me font rire, qui m’impressionnent, avec qui je me sens une communauté de coeur et d’esprit et qui sont trop beaux peints par Modigliani ou Mucha…

Je vous laisse donc découvrir les espaces perso

Pardon par avance à ceux qui n’ont pas été cités. Je n’ai vraiment pas pu m’arrêter à cinq, j’ai poussé jusqu’à sept, mais je garde une poire pour la soif et je ne manquerai pas d’en dénoncer d’autres aussi à l’avenir. C’est l’époque qui veut ça. Je n’ai jamais pu résister à la mode*.

*Je précise, pour ceux qui ne me connaissent pas, c’est à dire tout le monde, que ça, c’est une très très très grosse blague, sehr lustig, big marrade, hahaha…

Chaîne alimentaire

Jeudi 30 août 2007

Je réponds à l’aimable invitation d’Ashley qui se moque en passant des photos idiotes de mon intérieur (enfin de l’intérieur de ma maison, restons simples).

Ici les résultats sont un peu faussés parce que je fais les courses pour la famille, ce qui change nettement la donne, croyez moi (par exemple, je ne porte jamais de couches, or j’en achète beaucoup, pareil pour le lait de croissance, je n’en porte pas non plus). Je vais essayer d’en tenir compte un peu, comme les instituts de sondage, pour rester représentative de moi-même.

5 choses que vous achetez à chaque fois que vous faites les courses

Du lait et des laitages.
Du lait de croissance, du lait demi écrémé, du lait entier, il y a pour tous les goûts à la maison. Grosse grosse consommation : crèmes, riz au lait, céréales… Le lait de croissance, c’est la première fois que j’en donne à l’un de mes enfants. Conseil de la pédiatre, qui est une amie donc j’essaie d’écouter tout bien ce qu’elle me dit. Et puis en plus j’ai oublié, depuis la naissance, de donner les vitamines obligatoires pour les bébés que s’ils n’en prennent pas ils vont être aveugles, rachitiques et leurs dents ne pousseront pas. Donc, mauvaise conscience. Donc, lait de croissance (c’est forcément bien puisque ça rime). Après ce dernier litre, promis, j’arrête (je promets à mon banquier parce que le lait de croissance bio, ça coûte un oeil. J’ai bien proposé les cordes vocales de mademoiselle Moizelle à la place, mais ils ont été intraitables, un oeil qui z’on dit). Des laitages, yaourts fromage blanc… en grande quantité (deux à trois par jour et par personne, soit une dizaine environ).

Des oeufs. Les oeufs ce n’est pas bon, les oeufs, c’est très mauvais, mais l’en faut quand même pour faire toutes les autres choses bonnes à manger : les gâteaux, les crêpes, mais aussi les gâteaux, les crêpes

Des fruits. Paske c’est bon pour la santé et aussi à manger. Je peux les grignoter sans trop culpabiliser.

Des légumes. Souvent, ce n’est pas bon, en plus c’est long à préparer, mais mon Que chaije ? de l’alimentation parfaite pour les nuls précise que c’est indispensable à une alimentation équilibrée et que si on n’en mange pas on va mourir ou pire, être gros… Alors j’en achète. Et j’essaie de les cuisiner. Bon, des fois, j’avoue, j’en jette un peu, mais le plus souvent, au grand désespoir de tous, je les propose aux repas. Puis je les jette quand même, mais cuisinés. Ce qui fait que j’ai dépensé un temps précieux pour rien.

Du beurre. Indispensable sur le pain, dans les pâtes, dans et sur les crêpes… Miam.

5 choses que vous achetez de temps en temps

Des pâtes. Je n’en achète pas à chaque fois pour la simple raison que j’en engrange en grosse quantité d’un coup. Nous en mangerions tous les jours (par goût partagé), mais le scrupule me pousse à proposer d’autres plats au moins une fois sur deux. En fait, je crains que les autres membres de la famille ne s’en lassent. Ce serait le désespoir. Difficile de trouver meilleur que les pâtes au beurre. Ou même sans beurre (mais cuites quand même sur demande expresse de mon estomac).

De la farine de blé noir écrasé à la meule. Essentielle à la confection du deuxième plat préféré de la maison après les pâtes, les crêpes.

Du soda. La première boisson de la maison, c’est l’eau. Je ne suis cependant pas témouine de Jé*hova et donc je ne veux pas priver totalement mes enfants de joie de vivre. De temps en temps, extra : coca, trop yesss.

De l’eau. Je suis une aventurière (et tous les autres avec moi) : je bois l’eau du robinet ! J’ai quelques bouteilles d’eau minérale en stock au cas où l’eau serait subitement devenue marron ou radioactive. Je suis très Madame Okazou.

Du (très bon) chocolat. Pour remplacer le Nutella que je n’achète jamais (voir plus bas). C’est meilleur au fond et surtout j’en mange moins (et sans pain).

5 choses que vous n’achèteriez jamais et pourquoi

Du Nutella, des Snickers et autres passeports directs pour le bonheur à court terme. Je ne peux pas résister. Alors je n’achète pas. Tant pis (ou tant mieux, c’est selon) pour les autres. Ils en mangent ailleurs. Je ne m’inquiète pas pour eux.

Des aliments qui contiennent tout plein d’additifs E chose et E bidule. C’est devenu ma hantise depuis que mon fils a dû faire un régime sans gluten et que j’ai analysé les étiquettes des produits. Depuis, peu de plats tout prêts et rien dont la composition dépasse deux lignes d’ingrédients. J’achète donc beaucoup d’aliments bruts. Le hic, c’est que ça m’oblige à cuisiner moi-même et que j’ai horreur de ça (enfin si ça dépasse les 10 -15 minutes de préparation).

Des choux de Bruxelles parce que beurk. D’ailleurs le chou en général, ce n’est pas ma tasse de thé. Rien que l’idée de boire du thé au chou me gâcherait tea time pour toujours. Pareil pour le fenouil. J’arrête ici la liste des légumes abhorrés, de peur de m’étendre un peu trop.

Des laitages allégés. Je déteste la texture des « nature » 0 % et le goût des édulcorants. Je ne trouve pas de yaourts allégés en graisse mais sucrés au vrai sucre.

Des bananes Del Monte ou United Fruit. Eh oui, j’avoue tout, je suis un animal politique. Extrêmement politique. Je consomme politique, je pense politique, je m’habille politique… Quand je l’écris, subitement, ça me fait un peu peur. Mais, bon. La banane, sujet éminemment politique, est l’un de mes combats de l’ombre. Vu les événements climatiques (et dramatiques) récents, nous allons devoir nous passer de bananes, je pense.

Voilà, j’ai fait mes devoirs. Je suis censée repasser le relais. Alors, je lance le défi à la Buveuse de Thé, à art.truk, à Ishkueu et au Papa de Sigmund qui me font l’honneur et le plaisir de me lire. Sous une forme qui leur convienne et qui puisse s’intégrer aux spécificités de leur blog, cela va sans dire. Mais je le dis quand même. Comme d’habitude.

Interlude

Mardi 28 août 2007

Ashley m’a confié une mission très très difficile et je n’ai que peu de temps pour la mener à bien en ce moment.

En attendant, donc, et puisque vous êtes sages : une image.

botticellipied.jpg

Comme vous avez pu le remarquer, si vous êtes un tant soit peu assidus de ce blog et observateurs, il s’agit d’un portrait de mon pied (je suis écolo, je recycle tout ou presque), portrait revu et corrigé par un logiciel harrypotterien découvert grâce à Ashley. Décidemment, on ne se quitte plus !

La disparition

Dimanche 26 août 2007

Bon, soyons clairs, chez nous, nous ne donnons pas spécialement dans l’originalité. Donc, le liquide vaisselle se trouve généralement placé là :

Vaisselle

Mais en ce 16 août (bon, je sais, ça date, mais remarquez que j’écris au passé), après le déjeuner jeudical, prête à m’adonner à la tâche ingrate du dégraissage de plat de cuisson de poulet, je me rendis compte que le produit ménager que je convoitais n’était plus à sa place… Diantre. Que faire ?

Tel l’inspecteur Lafouine, dont l’aimable présence rythma toute l’année de CE2 de Monsieur L., je décidai de mener l’enquête. Pour résoudre l’énigme de la disparition, une fois les enfants mis hors de cause à l’issue d’une triple garde à vue, il me fallut répondre à deux questions préalables : Mr R. avait-il lavé la vaisselle et vidé le flacon de produit et, dans le cas contraire, hormis à cette détestable coutume ménagère, à quoi peut bien servir du liquide vaisselle ?

Une triple observation me permit bien vite de répondre par la négative à la première question : je n’ai ni glissé ni trempé mes vêtements en approchant de l’évier, l’éponge n’était pas pleine de mousse et le robinet n’était pas resté réglé sur « ouille, pitin ça brûle ». Par élimination, la solution m’apparu clairement. Vous comprendrez en voyant la magnifique photo pourquoi je ne peux décemment écrire : « la solution me sauta aux yeux ».

Foin donc de graisse sur assiette. Bon sang, mais c’est bien sûr (quand j’étais petite, je regardais Raymond Souplex sur la 5, chaîne fugitive qui disparut sous les yeux ennoyés de Jean-Claude Bourret) : restait la graisse sur pantalon. Je me rendis donc, avec sirène et gyrophare, aux alentours de la machine à laver le linge. Après quelques errances visuelles, je l’ai enfin découvert là :

p8160073.jpg

 

 

Plus forte que Maigret et Perec réunis, n’est-ce pas ? J’ai réussi la triple performance d’écrire tout ce texte en ne giflant personne, en ne buvant pas de bière et en n’utilisant ni le K, ni le W.

Le journal des pieds

Vendredi 24 août 2007

Je ne sais pas pour vous, mais moi je reçois des tas de choses passionnantes dans ma boîte mail, des choses que je ne sollicite pas (ou alors à l’insu de mon plein gré). Passons les supers copains qui veulent me faire gagner au casino, me procurer du V*iagra en veux-tu en voilà et accessoirement enlarge my p*enis (preuve qu’ils sont super bien renseignés sur moi). Ceux-là, normalement, ma petite milice perso la renvoie illico en prison en ne manquant pas de la dénoncer à la police des trafics internetionaux. Mais oublions quelques instants la politique, puisque des personnes fort avisées s’en occupent pour nous.

Passons à du light. Je reçois également le Journal des Femmes. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien. C’est infesté de nouvelles les plus enrichissantes les unes que les autres et qui montrent toute l’estime que l’on a en général pour l’esprit et la culture des femmes. Je vous indique pour information les titres de la une de cette semaine :

A LA UNE
Sublimez votre bronzage
Je veux bien, je veux bien, mais je n’ai qu’une partie de mon corps un tant soit peu bronzée : mes pieds (bon je mens un peu, il y a aussi mon visage, mais ce n’est pas vraiment du bronzage, c’est simplement mes taches de rousseur qui sont contiguës). Une partie de mes pieds devrais-je dire, parce que même si j’apprécie hautement les sensations de la marche nu-pied, je m’applique consciencieusement à respecter la bienséance : je porte des chaussures (quelle révélation !). Et là, franchement, je suis tombée dans des abîmes de réflexion : existe-t-il des moyens de sublimer ça ?

C'est le pied !

et surtout : existe-t-il vraiment des gens (des vrais gens) qui ont le temps de se préoccuper de ce genre de choses ?

Le sac de la surfeuse (une sélection d’accessoires qu’une surfeuse tendance se doit d’avoir dans son sac)
Je suis tellement curieuse de le savoir, que je n’ai même pas cliqué sur le lien… A la réflexion, je doute qu’une surfeuse tendance soit une vraie surfeuse : où déposerait-elle ce charmant petit sac (qui ne peut, vu sa taille, contenir le surf et la combinaison) pendant qu’elle attend la vague ?

Le plaisir de nager en piscine (découvrez les bienfaits de la natation et les mérites de la piscine)
Uniquement pour ceux qui les ignoreraient encore (les bienheureux) et qui snoberaient le surf (on se demande bien pourquoi).

Prénoms (vos prénoms préférés pour une petite fille)
Histoire d’éviter les prénoms trop à la mode. Ou de donner de super conseils à vos ennemies si vous n’êtes pas vous-mêmes concernées.

MAGAZINE

Comment porter des spartiates
Comment ? Porter des spartiates ? Pour avoir un bronzage irrattrapable après ? Merci bien !

Témoignage :  » Je me sers de mon corps comme un ressort pour progresser en hauteur  »
Ou les ravages du sil*icone et du b*otox associés. A moins qu’ils n’utilisent à présent du caoutchouc dans la chirurgie plastoc.

DOSSIER

Trop chaud au travail, comment s’adapter ?
Alors là, je croyais que les bons conseils utiles seraient : utiliser la lingette déodorante, ayez toujours le papier magique sur vous pour absorber l’excès de sébum… Pas du tout, déception : papier sur les métiers exposés genre les travailleurs en poste industriel ou BTP, les ouvriers agricoles… Là, du coup, j’avoue que j’ai un peu de mal à situer l’article dans le contexte glamour frivole. Peut-être pour rappeler qu’il y a des gens qui exercent des métiers difficiles et/ou pénibles et qui peuvent également être d’agréable compagnie, glamour et mode ?

Témoignage :  » J’aime découvrir comment les gens expriment leur style sans se plier aux diktats de la mode. »
Toi aussi, deviens la super copine de Dora l’exploratrice.

Test : Quelle séductrice êtes vous ?
Une qui essaie de cacher ses pieds, voir plus haut (preuve en est que je ne blogue pas pour séduire).

Je vous passe la rubrique « People » avec tous les potins malsains (redondance) sur des gens que je ne connais pas. En tout cas, si j’étais people, je n’aimerais pas qu’un paparazzo se lâche au téléobjectif sur mes petons…

Société protectrice des personnes autistes

Dimanche 19 août 2007

Décidément, rien n’arrête les inventeurs de tous poils, surtout pas la simple humanité. Après le packing, défendu ardemment par certains psychothérapeutes bien que condamné par la cour européenne des droits de l’homme, voici l’électrochoc. C’est moderne, c’est nord-américain, c’est prétendument efficace, bref, notre pr*ésident va adorer.

Je vous décris brièvement le principe, calqué sur les méthodes d’éducation canine dénoncées dans le monde entier par les défenseurs des animaux : il s’agit de fixer des électrodes sur le torse, les bras et les jambes des enfants. Ces électrodes sont reliées à un boîtier de contrôle qui permet d’envoyer une décharge électrique au moindre comportement suspect ou incorrect.

En vérité je vous le dis, ce n’est pas la peine de mettre des scientifiques sur le coup, un bon coup de taser et c’est réglé, non mais !

Superman et les soutiens-gorge push-up

Samedi 18 août 2007

Après x, et z, j’ai trouvé un nouveau test pour faire des posts illustrés sans trop me fatiguer.

Sans rire, je ne pensais pas obtenir le résultat suivant en cochant oui face à : « As-tu déjà porté des soutiens-gorge push-up? »… surtout que j’avais répondu non à la question « Aimes-tu porter une cape ». Décidément, vous en apprenez des choses passionnantes sur moi dans ce post !

Voici donc sans plus attendre le résultat au test : quel héros êtes-vous ?

Votre résultat:

Tu es Superman

 

Superman
80%
Wonder Woman
70%
Spider-Man
65%
Hulk
60%
Green Lantern
60%
Supergirl
50%
Iron Man
40%
The Flash
40%
Batman
40%
Catwoman
25%
Robin
20%
Tu as quelques manières,beaucoup de bonté.
Tu es fort et tu aime aider les autres.
Superman et les soutiens-gorge push-up dans Vie passionnante superman

Cliquez ici pour réaliser votre TEST SUPER HERO…

Comme, bien qu’étant une femme (si si), je suis plus Superman que Wonder Woman, je me demande ce qui les différencie réellement dans le fond, puisque les deux portent les mêmes soutiens-gorge.

Bon, sinon, je suis contente d’apprendre que j’ai « quelques » manières. On m’a toujours dit que ça pouvait être utile dans la vie.

Grande fatigue

Vendredi 17 août 2007

Oui. Je ne vois que cela comme explication : la fatigue.

Ou une réminiscence rabelaisienne à force d’entendre Mademoiselle Moiselle disserter longuement (autant que faire se peut à 18 mois) sur ses couches.

Pourtant, je le sais parfaitement que Mdr signifie « mort de rire ».

Eh bien malgré tout, je me suis surprise hier, alors que je surfais, glissant de blog en blog, à traduire systématiquement mdr par « merdre ».

Les résultats sont surprenants et fort divertissants.

Plicite ou implicite ?

Lundi 13 août 2007

En ce moment, les enfants sont en vacances, mais moi, je bosse. Je ne m’appelle pas Marny, mais ni printemps ni vacances pour moi (ni été d’ailleurs). Aurons nous un hiver ?
Parmi mes activités riches et variées figure notamment la préparation d’exercices pour aider M. L. à comprendre notre fonctionnement de neurotypiques afin de lui permettre s’intégrer au mieux dans notre merveilleuse société de la réussite. Une difficulté majeure pour les personnes autistes réside dans la gestion de l’implicite. Eh oui, rien que ça. Heureusement, des professionnels avec un sens de l’humour très prononcé (j’espère de tout cœur que c’est ça), ont conçu un fabuleux programme d’entraînement à base de questions hyper pointues. On ne rigole pas…

Du coup, j’en profite, j’utilise le matériel éducatif de base pour vous glisser l’indispensable et inénarrable, l’inévitable test de l’été.

Je pourrais en faire des pages et des pages, mais comme je tiens à vous épargner, je vous retranscris ci-après les questions telles quelles. J’ai tenté d’y répondre spontanément du mieux possible.

1/ Je n’ai presque plus d’essence dans mon réservoir et cette région est déserte. Heureusement que mon mari a prévu ma négligence. Que peut-on comprendre ?
On peut comprendre que j’ai beaucoup de chance, moi pauvre femme sans cervelle, d’être mariée à un homme, un vrai, qui sait prendre soin de son épouse.

2/ Monsieur Garcin aurait vraiment voulu aller chercher sa femme à la gare, mais il n’avait que 20 minutes entre deux rendez-vous très importants. Que veut-on dire ?
M Garcin considère que ses rendez-vous étaient plus importants que sa femme qui, comme il ne lui permet pas d’avoir de moyen de paiement et qu’il rationne l’argent de poche, a dû se taper 10 km à pied en portant sa valise sous le soleil de midi.

3/ Le commissaire dit à Moran : « Il faut du cran pour étrangler quelqu’un, je ne peux pas vous soupçonner de ce meurtre ». Que veut dire le commissaire ?
T’as trop l’air d’une pov tanche, trou duc.

4/ Noëlle s’adresse à Marie et lui dit : « Dis donc, tu as vu l’état de l’appartement ? » et Marie lui répond : « oui, mais l’aspirateur est en panne ! » Que veut dire Noëlle ?
Noëlle veut dire que Marie est une grosse truie doublée d’une feignasse et qu’elle regrette d’avoir choisi sa coloc si rapidement en début d’année.

5/ Luc a intérêt à se marier avec Corinne plutôt qu’avec sa sœur ; Corinne est laide aussi, mais au moins, elle est intelligente. Que peut-on penser ?
Je pense que le cerveau malade qui a pondu le questionnaire flotte dans un corps de sexe masculin.

6/ Ma cousine ne rate jamais une soirée sauf quand elle a un chagrin d’amour. Ce soir, elle n’a pas répondu à mon invitation. Que peut-on penser ?
Elle se trouvait dans la rue lorsque des extra-terrestres visqueux l’ont enlevée afin d’en faire l’objet d’expériences épouvantables dans leurs labos
OU
elle est morte.

7/ Le plombier de la rue Dulac est plus cher que les autres, mais c’est quand même lui que je vais appeler pour la fuite d’eau. Que peut-on comprendre ?
Je suis très con.

8/ Monsieur Dufieu, à la lecture du bulletin scolaire de son fils, décide de donner une augmentation à la jeune fille qui lui fait faire ses devoirs le soir. Que peut-on comprendre ?
Monsieur Dufieu est content de savoir que sa maîtresse réussit à faire progresser son crétin de fils tout en consacrant la majorité du temps à honorer le patriarche.

9/ Les joueurs de cette équipe sont déçus. Ils savaient que leur gardien n’était pas à la hauteur, mais ils comptaient beaucoup sur l’avant-centre pour mettre des buts. Que s’est-il passé ?
Ils ont oublié qu’ils faisaient tous partie du P*S*G.

10/ Fabienne dit : « Je croyais que ce chat était abandonné, c’est pour cela que je n’ai pas prévenu la SPA. Du coup, la fille de ma voisine a pleuré pendant une semaine. » Pourquoi la fille de la voisine a-t-elle pleuré ?
Parce que Fabienne a finalement empoisonné le chat pour ne pas perdre de temps avec un animal qu’elle déteste et qui lui salirait tout son chez elle. Elle ne pensait pas se faire toper. Maintenant c’est elle qui pleure car, de nos jours, fait pas bon rigoler avec ça.

11/ Lucie dit : « D’habitude, je vote pour le candidat de droite, mais il n’y a que deux candidats dont un que je ne veux surtout pas voir arriver au pouvoir. Pour qui va-t-elle voter ?
Pour Ségolène Royal, malheureusement ça n’a pas été suffisant.

12/ Depuis que son entreprise est passée aux 35 heures pour tout le monde, Jean n’arrive plus à rembourser l’emprunt de sa maison.
Répondre par « oui », « non » ou « je ne peux pas savoir »

  • Jean a-t-il fini de payer sa maison ?
  • Jean a-t-il la possibilité de faire des heures supplémentaires ?
  • Jean est-il autant payé qu’avant le passage aux 35 heures ?
  • La personne qui a composé ce questionnaire est-elle de droite ?

13/ Guy dit : « Jamais je n’habiterai ce quartier, je ne tiens pas à retrouver ma voiture saccagée au bas de l’immeuble quand je pars le matin. »
Répondre par « oui », « non » ou « je ne peux pas savoir »

  • Y a-t-il des garages fermés dans tous les immeubles du quartier ?
  • Le quartier est-il calme ?
  • Y a-t-il beaucoup de commerces dans ce quartier ?
  • La personne qui a composé ce questionnaire est-elle de droite ?

14/ Un artisan dit : « Je n’ai pas terminé ce travail, la cliente a eu un accident de voiture et elle est dans le coma depuis deux mois, j’ai peur de ne jamais être payé pour ce que j’ai déjà fait. »
Répondre par « oui », « non » ou « je ne peux pas savoir »

  • L’artisan pense-t-il que sa cliente va se rétablir ?
  • La cliente avait-elle versé des arrhes ?
  • Le mari de la cliente va-t-il faire terminer les travaux ?
  • Aurez-vous une bonne image de la nature humaine lorsque vous aurez fini ce questionnaire ?

15/ Aline dit à Irma : « Tu aurais pu te présenter à l’audition pour le rôle, tu aurais eu tes chances ; ils ont pris la plus laide. »
Répondre par « oui », « non » ou « je ne peux pas savoir »

  • Aline veut-elle faire plaisir à Irma ?
  • S’agissait-il d’un concours de beauté ?
  • Irma a-t-elle obtenu ce rôle ?
  • Aurez-vous une bonne image de la nature humaine lorsque vous aurez fini ce questionnaire ?

Alors, à votre avis, j’ai bon ?

A vous de jouer maintenant…

Le retour

Mardi 7 août 2007

Je ne sais pas si tout a une fin, comme le prétend la sagesse publique (j’ai une tendance très nette à surfer sans complexe sur la sagesse publique, il n’y a pas de fumée sans feu, pensez donc ma pôv dame), mais ce qui est sûr, c’est que mon séjour au bon air de la montagne en a une (me découvrir aussi spirituelle est une jouissance de tous les instants). Me voici donc de retour at sweet sweet home, à profiter de l’air marin revivifiant et de tous les avantages d’une connexion Internet (enfin ! la cure de sevrage fut brutale). Je sais, je sais, ce n’est pas encore la rentrée, mais comme je peux profiter du sommeil des enfants pour poster, je m’adonne sans complexe dès que possible.

Je me positionne clairement contre les soirées diapos, je ne vais donc pas vous raconter mes vacances (ou alors plus tard : vous saurez enfin tout de ma rencontre inopinée avec une marmotte, nez à nez et au débotté). Pour commencer du bon pied, j’ai décidé de m’inviter grossièrement dans une chaîne trouvée sur le oueb. Voici donc la révélation de cinq de mes bizarreries, qui pourraient faire la une des magazines pipeul si j’étais un pipeul, or non seulement je ne suis pas un pipeul, mais en plus je ne m’intéresse pas le moins du monde aux pipeuls et pire, vrai de vrai, j’ai surtout envie de ne jamais en être un (pipeul). Croyez-moi ou non, j’ai de très grandes chances d’être exaucée et c’est trop tant mieux.

  • J’ai des compulsions alimentaires qui me feraient avaler n’importe quoi mais je suis une maniaque de l’étiquette de composition. Je sais tout sur les Exxx, lequel est suspecté d’avoir de forts effets mutagènes, lequel est interdit en Suisse mais pas aux USA, lequel ne doit pas être associé à son pote le Eyyy sous peine de création de produits mutagènes trop trop vilains… J’ai un dossier, alors pas de blague !

  • Je suis allergique à l’effort. Un urticaire géant me torture dès que mes muscles chauffent.

  • Je ne supporte pas qu’on me touche ou alors il faut une personne agréée ayant fait sa demande par lettre recommandée avec avis de réception au moins quinze jours à l’avance (et si possible avec des mains impoisseuses*, merci).

  • J’ai vécu plusieurs drames de la maternité, j’ai des grossesses à risque, mais j’adore être enceinte (ne pas faire de relations avec le point précédent ni avec le suivant : j’ai suivi une formation intensive et accélérée de gestion des paradoxes. Je suis en pointe sur le sujet).

  • Je ne m’épanouis réellement que dans le silence, or j’ai choisi de mon plein gré (si si) de m’entourer de plein d’enfants et un conjoint presque totalement sourd qui aiment regarder des films bruyants, écouter de la musique bruyante, jouer à des jeux bruyants (non non, ne rayez pas les mentions inutiles, il n’y en a pas, pauvre de moi) …

Voili, voila. En tout cas, je suis bien contente de vous retrouver.

*Note à l’attention des services de la police lexicale : j’ai une autorisation spéciale de notre bien-aimé séprident pour les néologismes.