• Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

Archive pour janvier 2008

Devinette

Samedi 12 janvier 2008

Quelle occupation peut-elle me maintenir loin de mon blog aussi longtemps, m’obliger à garder un sourire forcé-crispé all day long, à passer du temps, statique, sous la pluie et dans le vent, à garder mon calme lorsqu’on m’insulte, à rester zen face à la mauvaise foi, à me ridiculiser en public en sachant rester digne ? Et oui, malgré tout ce que vous pouvez penser, ce n’est pas un reflet de mon quotidien train-train. Euh, surtout le sourire, en fait. Le reste, c’est assez ça quand même. Tant mieux, je ne serai pas trop déstabilisée par le changement.

Je vous laisse trouver quelques hypothèses, le temps que je revienne, d’ici quelques semaines (à moins que je ne réussisse à voler du temps à Chronos : dans ce cas, je vous raconterai tout ça façon homérienne (pas en référence à l’ère stratigraphique, hein, ni omersimpsonnienne, plutôt homérodysséenne, je suis prétentieuse si je veux, nan mais)).

À très bientôt.

Debout là d’dans !

Jeudi 3 janvier 2008

Un petit coup de sang pour commencer l’année et inaugurer la suite du début de la fin du monde tel que nous avions un jour osé l’imaginer.

Tout a commencé par la lecture du nourjal. Ce processus est tellement établi que je ne parviens même plus à comprendre pourquoi je continue à lire la presse, mais je ne veux pas non plus m’enfouir la tête dans le sable, j’aurais trop peur de ce qui pourrait arriver au reste de mon corps pendant cette absence momentanée de l’image.

Je feuilletais donc ce périodique honni, en commençant par la fin, pour m’habituer progressivement à la médiocrité et finir par du lourd, lorsque mes yeux un peu fatigués sont tombés sur l’annonce suivante, insérée dans la rubrique télévision (où l’on rencontre souvent le meilleur de la médiocrité, ne le nions pas) : W9 : Eve Angeli présentera le 9 janvier prochain « les Filles de Las Vegas », premier volet d’une série de trois émissions de strip poker. « J’adore le poker. J’y joue souvent avec mon chéri. Et puis ce côté sexy apporte un vrai plus. Il y aura sept filles autour de la table, assez jolies à regarder, bien sûr, et la plupart vont finir topless et en string ! » La gagnante de ce programme américain empochera 5000 dollars. On ne dit pas combien les publicitaires paieront à la chaîne et c’est fort dommage.

Je ne sais même pas si j’ai vraiment envie de commenter ça. Ou juste après l’apaisement de la nausée qui me gagne, alors. Bon si, allez, juste une remarque pratique en passant : comment vont faire les jeunes femmes pas jolies à regarder pour gagner leur vie sur la télé de Bolloré si elles ne peuvent même pas montrer leurs seins en direct ? Et là vous me direz : a priori, celle qui empoche l’argent ne sera pas nue, puisqu’elle aura gagné. Et vous aurez raison. Les moches auront donc juste le droit de gagner au poker (ça augmente le suspens et l’effroi du téléspectateur). Que vont donc devenir les autres ? Je suggère un nouveau concept d’émission, qui pourrait aussi résoudre à la fois le problème récemment mis en avant dans les vitrines des rues d’Amsterdam et la paupérisation grandissante de la population : un nouveau type de Juste Prix où l’on pourrait évaluer le prix de femmes (ou d’hommes, ne soyons pas sexistes). Le gagnant de la super vitrine pourrait repartir avec un lot de marchandises et s’installer peinard dans un job d’avenir : marchand d’hommes. Le souci, c’est qu’il aurait des propriétaires de chaînes de télé comme concurrents, et là, faut être préparé. Je propose que le gagnant emporte également un diplôme de grande école de commerce, il en aura bien besoin. C’est beau un pays qui sait créer de nouvelles opportunités d’emploi ! Comme dirait le héros des Affranchis : j’ai toujours rêvé d’entrer dans la mafia.

Je m’étais déjà longuement entretenue avec mon interlocuteur privilégié de la profonde colère que j’avais ressentie à la lecture d’une légende placée sous la photographie de Bénazir Bhutto il y a quelques jours : « Belle et autoritaire, Bénazir Bhutto est morte le 27 décembre ». À quand une légende ainsi rédigée sous la photo du séprident : « Gras du bide et amateur de clinquant, N. S. a couru 2 kilomètres ce matin » ? C’est marrant, moi je croyais que Bénazir Bhutto était essentiellement une femme élue deux fois premier ministre du Pakistan et que si morte elle était, c’est lâchement assassinée pour ses idées politiques. Finalement, Bénazir, t’aurais mieux fait de monter topless sur une table de poker ou faire des trucs de filles, genre pom pom girl, tu serais encore en vie. Quoique.